Si c’était à refaire – Kery James


 

Je t’assure je garde les traces de mon passé.

Ces choses qu’on ne pourra plus jamais effacer.

Fini le temps où j’étais rieur,

Crainte, peur, douleur intérieure

Conséquence du passé et des erreurs antérieures

J’n’étais pas le pire mais si loin d’être le meilleur

Assez pour craindre de se faire buté au fusil mitrailleur

J’reviens de tellement loin,

qu’il se peut que j’en pleure

J’reviens de tellement loin,

que j’avoue parfois j’en pleure

J’croyait être prêt

Mais les choses ont pris une telle ampleur

De quoi semer la terreur

Dans le plus arrogant des coeurs

Des mecs que j’connaissais se sont fait fumer

Pendant que j’étais plongé dans un nuage de fumée

J’ai beau pleurer toutes mes larmes

Mais ils ne reviennent pas

La cité et ses drames parfois on s’en remet pas

Me voilà balafré à jamais

La blessure est interne et à tout moment elle saigne

Si cétait à refaire assurément j’ferais autrement

Mais les choses sont telles qu’elles sont

Et ce ne sera jamais autrement

Et j’garde les traces de mon passé

Ces choses qu’on ne pourra plus effacer.

Je t’assure je garde les traces de mon passé

Ces choses qu’on ne pourra plus jamais effacer.

Si c’était à refaire,

J’agirais avec plus de sagesse

Envers ma mère

Je ferais preuve de plus de tendresse

Plus souvent je la prendrais dans mes bras

Lui glisserai un « je t’aime »

Puis « Maman, ne t’inquiète pas »

J’serais un gosse obéissant solide et apaisant

Pas un poids montré du doigt

A la réunion des parents

Si c’était à refaire,

J’aurai voulu que ma mère soit fière

Afin d’être utile à mes frères,

Poursuivre une carrière scolaire

Si c’était à refaire, j’aurai éteint ce premier joint

Qui dans le bain de l’insouciance

M’a fait sauter à pied joints

Si c’était à refaire,

Ne crois pas qu’j’referais de même

Beaucoup cherchent l’adversaire

Quand les problèmes proviennent d’eux-mêmes

Si c’était à refaire,

J’aurais même fuit les murs de la téc’

Avant que j’le laisse, j’dirais « je t’aime » à L.A.S.

J’lui dirait « Mec, nos conneries faut qu’on les cesse, avant l’jour où on rend compte de nos faits et gestes »

Si c’était à refaire je ne me serais pas réclamé

D’une mafia ou d’un gang

Au point que les flics en soient alarmés

J’me serais méfié de tous ces soi-disant amis

Parmi ces soi-disant amis

Se cache souvent ton pire ennemi

Si c’était à refaire, j’aurai combattu l’ignorance

Celle-là même qui nous a poussés à sombrer

Dans l’extrême violence

Si c’était à refaire, j’n’aurai pas traîné tard la nuit

« pour une poignée de dollars »

J’n’aurai certainement pas écrit

Si c’était à refaire, j’aurai avoué ma faiblesse

Mais au contraire, j’ai crié que

« K’1 Fry, tu peux pas test »

Si c’était à refaire, ma langue j’l’aurais préservée

J’aurai souhaité me taire

Seule pour le bien j’l’aurai réservée

Si c’était à refaire, assurément j’ferais autrement

Mais les choses sont telles qu’elles sont,

Et ce ne sera jamais autrement

Et j’garde les traces de mon passé

Ces choses qu’on ne pourra plus jamais effacer.

[Annonce] Le plus grand site de voyage au monde ici !

Je t’assure je garde les traces de mon passé

Ces choses qu’on ne pourra plus jamais effacer

Avant l’heure c’n’est pas l’heure et après l’heure

C’n’est plus le moment

On nait, on vit, on meurt

Mais c’que l’on ignore c’est comment !

Chaque respiration nous rapproche de notre échéance

[Annonce] Le plus grand site de voyage au monde ici !

La vie ce n’est pas un film,

Qu’on s’remet à la prochaine séance

Chaque jour,

Ce sont des pages de nos vies qui s’écrivent

Nos gestes et nos faits, c’est ce qu’ils y inscrivent

J’pense au mal qu’on s’est fait

PLus qu’au mal qu’on a fait

Mais le mal qu’on s’est fait

Conséquence du mal qu’on a fait

Les regrets profitent au vivants et pas au morts

Je m’excuse auprès de ceux

A qui j’aurais pu faire du tort, Car du jour de ta mort

Sois certain que personne t’informe

Reconnaître ses torts, c’est ça être un bonhomme

Et y’a tant de gens qu’j’aurais voulu embrasser

Mais les jours, les mois et les années sont passés

Malheureusement ces gens-là ont trépassé

Me laissant que mes pleurs et mes regrets

Me voilà balafré à jamais

La blessure est interne et à tout moment elle saigne

Si c’était à refaire assurément j’ferais autrement

Mais les choses sont telles qu’elles sont

Et ce ne sera jamais autrement

Et j’garde les traces de mon passé

Ces choses qu’on ne pourra plus jamais effacer.

Je t’assure je garde les traces de mon passé,

Ces choses qu’on ne pourra plus jamais effacer.