La case créole – Jean-Jacques Debout


 

L’île Maurice au bout du monde
A pris mon cœur et plus jamais
Jamais à l’autre bout du monde
Désormais je ne t’oublierai
Toi mon amour assise à l’ombre
Des arbres qu’on dit flamboyants
Je te revois au bout du monde
Où j’espère que tu m’attends

Dans la case créole
Au bord de l’Océan Indien
De toi je me souviens
Dans la case créole
Et de l’odeur des magnolias
Que je n’oublierai pas
Dans la case créole
Au bord de l’océan là-bas
Toujours je te revois
Dans la case créole
Tu chantais toujours un séga
Que je n’oublierai pas

C’était une nuit de novembre
C’était le début de l’été
Oh tu étais belle , tu étais tendre
Je m’enivrais de ta gaieté
Autour de la case créole
Tous les crapauds-buffles chantaient
Puis au matin sur mon épaule
Comme une enfant tu t’endormais

Dans la case créole
Au bord de l’Océan Indien
De toi je me souviens
Dans la case créole
Et de l’odeur des magnolias
Que je n’oublierai pas
Dans la case créole
Au bord de l’océan là-bas
Toujours je te revois
Dans la case créole
Tu chantais toujours un séga
Que je n’oublierai pas

L’île Maurice au bout du monde
A pris mon cœur et plus jamais
Jamais à l’autre bout du monde
Désormais je ne t’oublierai

Dans la case créole
Au bord de l’Océan Indien
De toi je me souviens
Dans la case créole
Et de l’odeur des magnolias
Que je n’oublierai pas
Dans la case créole
Au bord de l’océan là-bas
Toujours je te revois
Dans la case créole
Tu chantais toujours un séga
Que je n’oublierai pas